Dans cette partie de notre sujet qui est de présenter les effets du cannabis sur le cerveau et le corps, nous allons nous demander si cette substance est réellement dopante. Pour cela nous allons montrer dans une première partie comment le cannabis agit sur le cerveau. Dans une deuxième partie nous allons montrer quels sont les véritables effets du cannabis et aussi ce que recherche un sportif en absorbant cette substance.

 

I. L'action du cannabis sur le cerveau

 

 A. Fonctionnement du cerveau sans cannabis

 

    A l'intérieur du cerveau, les informations circulent sous forme d'activités électriques, appelées influx nerveux ; elles cheminent des dendrites au corps cellulaire, où elles sont traitées, puis du corps cellulaire à l'axone.

 

Pour passer d'un neurone à un autre, l'influx nerveux se transforme en message chimique sous forme de substance sécrétée par le neurone, le neuromédiateur.

 

Dans le cerveau il existe différents neuromédiateurs (la dopamine, la sérotonine, l'acétylcholine...) qui se lient à des récepteurs spécifiques. Le neuromédiateur traverse l'espace situé entre deux neurones, la synapse.

 

Voila comment dans le cerveau n'ayant pas subit de modification dû à une substance que les informations sont transmises.


 B. Fonctionnement du cerveau avec cannabis.

 

    Avant tout,  ce qu'il faut savoir c'est que les substances n'agissent pas toutes de la même façon sur les neuromédiateurs.

 

- Certains imitent les neuromédiateurs naturels et donc se substitues à eux dans les récepteurs : La morphine par exemple s'installe dans les récepteurs à endorphine.
- Certains augmentent la sécrétion d'un neuromédiateur naturel : la cocaïne par exemple augmente la présence de dopamine dans la synapse.
- Certains bloquent un neuromédiateur naturel : par exemple, l'alcool bloque les récepteurs appelés NMDA.

 

Intéressons nous maintenant à notre sujet principal : Le Cannabis.

 

    Il existe dans le cerveau des récepteurs naturels qui fixent le THC, principe actif du cannabis. Ceux-ci sont concentrés dans plusieurs zones cérébrales correspondant  à différentes activités mentales qui se trouvent alors perturbées par le cannabis.

 

    Le Cannabis entraine une faible libération de dopamine selon un mécanisme que les scientifiques étudient encore en ce moment. Les récepteurs cannabinoïdes sont présents en forte densité dans le système Limbique.

 

    On voit donc que le  cerveau, en présence de cannabis, se trouve perturbé par deux raisons:

 

- Tout d'abord, il est perturbé au niveau des activités mentales à cause d'une fixation du THC dans ces zones.
- Et dans une autre mesure, les messages circulent beaucoup moins vite dû à une faible libération de dopamine.

 

II. Les Effets du cannabis sur tout le corps Humain.

 

 A. Quels sont les véritables effets du cannabis ?

 

    En réalité, le cannabis agit sur tout le corps humain, autrement dit :

 

    - Sur le corps. Il y a un affinement des perceptions sensorielles (odorat, ouïe, goût). Il permet une décontraction, lourdeur des membres, calme et fatigue. A haute dose, l'individu a des difficultés de concentration pouvant entrainer des accidents de travail et de la route. En réalité, fumer le cannabis a des effets sur la capacité de performance et la santé.
    - Sur le psychisme. La plupart du temps, la consommation accentue encore l'état d'âme actuel de la personne concernée. L'individu a une humeur gaie, décontractée, et insouciante, désinvolture agréable, état de détente, qui peut se transformer en stress et dépression. Il y aura une dépendance en cas de consommation non contrôlée.
    - Sur le comportement social. Il y a une sorte de communication entre consommateurs dans une ambiance détendue, caractérisé par des jeux de mots. Il y a une tendance à une certaine indifférence à l'égard des personnes de l'entourage en cas de consommation régulière à haute dose pendant une durée prolongée.

 

    Mais il y a d'autres effets catastrophiques tels que l'usage nocif. C'est une consommation capable d'entrainer des dommages physiques, affectifs, psychologiques ou sociaux. Cela entraine des risques pour la santé avec une détérioration de l'état physique, la complication de certaines maladies, voir même de décès prématurés. Cet usage nocif entraine des risques aussi pour la vie quotidienne. Son usage peut occasionner un danger, entrainer des dommages pour soi et pour les autres.


 B. Quels sont les effets recherchés par un sportif ?

 

    Après avoir décrit tous ces aspects d'une consommation du cannabis, on pourra se demander si le cannabis à véritablement des effets dopants. Quel effet attribue-t-on au cannabis lorsque celui-ci est utilisé consciemment comme un moyen de dopage ? Le cannabis donne-t-il des ailes à celui qui le consommes ou, au contraire, les lui rogne-t-il ?

 

    En réalité, cette substance peut améliorer indirectement la performance : elle a un effet calmant avant le départ lorsque l'athlète est hypernerveux. Le sportif se sent ainsi beaucoup plus détendu, il concourt sans pression et augmente ainsi sa performance. Cette substance a un effet relaxant après la compétition. Utilisé de la sorte, le cannabis est un dopant qui permet de normaliser le psychisme. Consommé régulièrement, il se révèle toutefois nuisible à la capacité de performance et de motivation.

 



    En conclusion, le cannabis peut avoir deux fonctions. Une qui agit principalement sur les jeunes et qui est principalement consommée dans le but de se sentir dans un état d'euphorie. Le cannabis peut également être consommé chez les sportifs dans le but d'y trouver un produit dopant.

 

    Seulement, il faut néanmoins se méfier de cette substance qui peut entrainer de forts problèmes cérébraux et la mort dans le cas d'un usage nocif.