I. Exemples de sportifs contrôlés positif au cannabis


"... Mohammed Kone contrôlé positif au cannabis.

Alors que le championnat de ProA entame sa 7ème journée, le basket français est montré du doigt par le Dopage. En effet, Mohammed Kone a été contrôlé positif au cannabis. L'affaire en détails..."

    L'interieur ivoirien du Chalon-sur-Saône, Mohammed Kone, contrôlé positif au cannabis le 18 Février 2007 après la rencontre Chalon / Le Mans, a vu  sa suspension alourdie par l'Agence Française de lutte contre le Dopage.

 

    Initialement suspendu pour deux matchs, l'AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) à reformé la décision de la fédération et a suspendu l'ivoirien pour trois mois.

 

    "Ainsi nous venons d'être informés que l'AFDL, par décision du 4 Octobre 2007, a prononcé la sanction de l'interdiction à Mohammed Kone de participer pendant trois mois aux compétitions et manifestations sportives organisées ou autorisées par la FFBB."

    "Cette sanction prends effet à compter du 9 Novembre 2007."

 

    "Le week-end précédent, explique-t-il, j'ai participé à une fête à Lyon avec des amis. Je me suis fais avoir en essayant de faire comme les autres, voila c'est tout... Je paie un moment d'égarement. mais je ne suis pas comme ça. En université, aux États-unis, j'ai été contrôlé à plusieurs reprises, et je n'ai jamais eu de problèmes. Je ne me dope pas. Maintenant, j'ai été pris et j'assume ; j'ai conscience que ça vas changer le regard des gens et du public sur moi. Mais je vais tout faire, me battre encore deux fois plus dur sur le terrain, pour leur prouver que je ne suis pas comme ça. Si au moins mon cas pouvait servir d'exemple aux jeunes et leur montrer ce qu'il ne faut pas faire, poursuit l'intérieur chalonnais qui a entamé une procédure en vue d'adopter la nationalité française, j'aurais moins de regrets ".

    Même si c'est un contrôle positif au cannabis, l'AFDL se veut sévère et veut montrer aux tricheurs que le dopage n'a pas sa place dans le basket.


 

"... Le Vice-champion de France du 400m Haies a été suspendu trois mois

 

" C'est une bêtise que j'assume totalement. ", dit Heni Kechi. Le 19 Juin dernier, l'athlète international de l'Asu Bron a été testé positif au cannabis à l'issue du meeting de Bonneuil-sur-Marne dont il avait remporté le 400m haies en 50"01, assez loin de sa meilleur performance (49"76)..."


 

" Accident de parcours "

    Convoqué devant la commission de discipline le 3 Octobre - le même jour que Naman Keita (positif à la testostérone et suspendu 2 ans) - le Lyonnais de 27 ans, vice-champion de France de la spécialité, a reconnu avoir tiré un joint lors d'une soirée quelques jours avant la compétition. Il n'avait d'ailleurs pas demandé de contre-expertise.

 

    "Je regrette vraiment mon geste, assure-t-il. sur le coup, je n'ai pas réfléchi à ce que je faisais. " En conséquence, l'organe disciplinaire l'a suspendu trois mois, jusqu'au 4 Janvier, considérant qu'il s'agit " d'un accident de parcours " selon l'expression de Michel Marle (vice président de la FFA en charge de l'instruction). Kechi n'aura pas à en pâtir sportivement, la suspension courant sur une période vierge de compétitions. " A l'annonce de ce contrôle positif, j'ai traversé une période pas facile, avoue-t-il. Je me suis senti honteux, vis à vis des gens et de mon entraineur (Djamel Boudebibah). J'ai eu peur qu'on fasse l'amalgame avec ce contrôle positif de Naman Keita, qu'on dise que je me suis chargé. Je sais ce que j'ai fais, j'assume mon erreur, mais je n'ai jamais eu l'intention de tricher. "


II. Pourquoi utiliser du cannabis dans le sport ?


"Le Dopage au cannabis relève surtout de la question des droits et devoirs du sportif "

 

" Les cas positifs au cannabis se multiplient en France ", titrait le journal "L'Equipe", révélant que dix rugbymen on été pris pour fumage de pétards, lors des trois derniers mois de 2007. Auparavant, l'excès cannabique était d'avantages l'apanage des gardiens de football (Lama...) ou des joueurs de Handball.

 

==> Concrètement, pourquoi se dope-t-on au cannabis ?

 

    Il y a plusieurs types d'effets. A la base, c'est le dopage numéro un  des gardiens de but, quel que soit le sport. Parce que ça agit sur la pupille et permet de préciser la vision, mais aussi parce que ça donne l'impression d'être dans une bulle, insensible à la pression du public. Il y a aussi un effet par rapport au stress inhérent à l compétition. dans ce cas, on fume la veille d'un match. Et la pratique n'est pas récréative mais réfléchie à l'approche d'une échéance. enfin et paradoxalement, fumer un joint permet de courir vite, et ce type de dopage est utilisé dans le sprint, car il améliore le relâchement musculaire et donc l'élasticité du muscle.

 

==> En quoi fumer un joint est-il de la triche pour faire du sport ?

 

    Essentiellement, car le cannabis remplit deux des trois critères du CIO, et maintenant de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA). Il est nocif pour la santé et contraire à l'éthique du sport. Reste le troisième élément, l'amélioration de la performance, qui est plus problématique à dégager. L'expérience du numéro vert nous montre bien que c'est le cas. Dès lors qu'il y a un objectif de compétition, une " dose étudiée ", il y a dopage.
Ensuite, le cannabis est surtout un problème pour les adolescents sportifs en filière de haut niveau, car il est détectable longtemps après la consommation. Et que pour le coup, il n'y a forcément une démarche dopante.

 

==> L'image d'un " Rugby sport différent " est donc un mythe ?

 

    Le rugby n'est pas plus épargné que le bowling, le tir à l'arc ou la pétanque. mais on recherche moins le dopage dans ce sport que dans le cyclisme et l'athlétisme. Le professionnalisme est évidemment un facteur aggravant. Désormais, on se dope plus pour améliorer sa performance, mais pour se maintenir à un niveau de performance, et cela devient de plus en plus dur avec les multiplications des compétitions.
C'est vrai que le rugbyman peut se servir de l'effet dé-inhibant du cannabis. On a eu des témoignages soulignant des sentiments d'invincibilité : "Ça me permet de ne pas avoir peur " ou encore " Je peux rentrer dedans plus facilement ". mais le problème des compléments alimentaires est bien plus préoccupant que celui du cannabis dans le rugby. tous les rugbymen professionnels utilisent ce type de produit qui, une fois sur cinq, contient des produits dopants. Souvent, ils ne le savent pas et c'est pour cela que nous avons mis en place une gamme complète de compléments alimentaires garantis sans doping.